Il y aura une interdiction de manger et de boire, et les distributeurs automatiques dans les casinos

Il y aura une interdiction de manger et de boire, et les distributeurs automatiques dans les casinos

Les clients ne sont pas autorisés à manger du pain, quand il s’agit de l’histoire des casinos et des distributeurs automatiques, et à boire; Ces installations ne devraient pas contenir plus d’un espace de 15 m2 par mètre carré qui leur est disponible, mais à une distance d’au moins 1,5 mètre – le Conseil est prévu dans la nomination des fonctionnaires.

Des photos

/ 123RF / PICSEL

Mardi, l’amendement du règlement du Conseil des ministres sur l’institution d’éventuelles restrictions des journaux Les injonctions enregistrées en rapport avec la maladie avaient commencé, lundi soir au Journal des lois.

Selon l’arrangement, jusqu’au 28 février de cette année. Et l’activité dans les installations sportives du casino pour le fonctionnement des machines (commande polonaise incluse dans le type d’activités dans 92.00.Z), une personne ne peut pas être plus de 1 par m2, 15 sur l’espace disponible pour les clients, mais au moins une distance de 1,5 m à l’extérieur de la manutention.

En outre, la machine à sous avant qu’il aurait pu facilement être évitée, ou dans un casino, des informations sur la manière des fins des gens, dans l’ordre qui est envoyé, et le service du personnel, nous devons faire attention à suivre lui.

Le règlement stipule que l’exploitation de casinos et d’installations de jeux “est autorisée tant qu’il est garanti que les clients ne consomment ni nourriture ni boisson”.

Selon le Conseil des ministres publié le 11 février de cette année. du 12 février de cette année dans le Journal of Laws. ils agissent dans les jeux des machines de casino et les installations peuvent, dans la limite – désormais nous ne devrions pas être là, il y a une personne de 15 par mètre carré de l’espace dont elles disposent.
Les clients doivent maintenir une distance d’au moins 1,5 m les uns des autres. Ce règlement 28 février de cette année, jusqu’à ce que le régime soit rétabli. incl. pistes de ski, hôtels.

Des photos

/ 123RF / PICSEL

Une boisson du distributeur automatique, par exemple dans les chaînes alimentaires, un sirop d’intensité mélangé à de l’eau, le sucre n’est pas à nouveau facturé, qui a déjà été collecté par le développeur de sirop – selon la réponse du ministre de la Santé à une question de la PME mentionné.

«Nous sommes satisfaits des tests du site présentés dans l’application, la lumière sera versée à la cotisation sucre dans le sirop dans le développeur élimine la caractéristique inhérente de l’obligation accidentelle de payer à l’acheteur les étapes ultérieures du chiffre d’affaires. Le ministre avait correctement dit de boire du sirop d’intensité de l’eau prêt quand il ne sera pas soumis à la taxe sucre “- Cieplak nature avide et le petit député À propos | Les moyennes entreprises (PME) ont déclaré dans un communiqué de presse

Cependant, en réponse à la question de savoir si une boisson parle également d’une faible teneur en Julius ou en taurine, par exemple 0,03%, est soumise à une redevance de sucre, le ministère de la Santé a répondu Si la boisson contient de la caféine à la liste des choses, que est, que les frais le sujet.

Ministère de la Santé, et il est expliqué que les produits tels que les boissons et le sucre en poudre et les soupes ne sont pas soumis au droit.

Pour vendre au détail, les boissons et les domestiques, et j’ai ramené le mot que l’entité Hanrfkinri d’une chose, ni une chose ne néglige pas l’opportunité de la payer achetée en 2020 pour la base Hanrfkinri les marchands d’épices, et des fruits de la redevance .

Dans le même temps, le ministère a noté que, même si l’introduction des boissons sur le marché intérieur, en 2020, elles ont été achetées par le grossiste après le 1er janvier 2021, ces boissons seront soumises à des frais.

Le prélèvement sur les boissons sucrées le 1er janvier de cette année est entré en vigueur.

je vois

La taxe commerciale entraînera une forte hausse des prix, préviennent les commerçants
eNewsroom