Le quatrième élément? Les économistes maintiennent leurs prévisions

Le quatrième élément? Les économistes maintiennent leurs prévisions

Mode régional, mais aussi en termes d’agriculteur – sont considérés par le gouvernement comme une réponse potentielle au nombre croissant de patients atteints de Covid 19 – l’émergence du virus va changer la Pologne, y compris l’Afrique du Sud britannique. Les décisions du jour. Pendant ce temps, les prévisions économiques ont été difficiles à démarrer dès le début de l’année 2021 et à ce jour, ils ne savent pas trop quoi dire au premier départ pour changer cette salade.

Des photos

La troisième vague de la pandémie approche, Pologne
/ 123RF / PICSEL

La situation épidémique empire. Le ministère de la Santé a également signalé récemment environ 10 pour cent. Un nouveau cas de Covid 19, qui en Pologne a provoqué un changement en Grande-Bretagne; La première cause sud-africaine a également été détectée dans une variété de la Vistule. Là encore, cela met en question, d’une voix des questions sérieuses. Aujourd’hui, nous parlons des limites des revenus pour les étapes ultérieures du dégivrage.

“A son avis, l’introduction d’une nouvelle manière (par exemple l’ordre de porter des casques et masques de disqualification) et le retrait d’une certaine résolution est susceptible de la télévision” – Pekar estiment les économistes de la Banque.

Il n’exprime pas non plus la réintroduction de “Ne pas une baisse drastique de l’activité économique”. Mais ils maintiennent toujours leurs prévisions – à partir de la seconde moitié de l’année seront des images dynamiques de l’économie, cette accélération, la ville est 2021, le PIB augmentera de 4,5%.

Une telle salade est le début d’un faible rebond économique, et 2021 commence déjà le printemps (T2) – base sur le marché. Par conséquent, le changement économique, pas encore choisi. Même malgré la pandémie possible et les revenus croissants aux restrictions de la troisième vague. Cependant, ils diffèrent considérablement en termes de taux de croissance en 2021.

– Nous maintenons notre base de référence d’environ 5 pour cent à la salade. Le PIB en 2021 est le second semestre crucial de cette année, quand – mettant – mesure de l’activité économique, et ne plus être dérangé – Petka Martha Interia Zagajewski, de l’équipe d’analyse macroéconomique de la PKO Bank English.

– Notre prévision d’accord sur le PIB, le montant est relativement faible par rapport au marché de 3,6%. Pour 2021, nous avons utilisé la stratégie «wait and see», nous examinons comment elle évoluera. Nous voyons qu’il y avait augmentation du risque d’être meilleur. Il y a, cependant, tout le temps que le problème – il dit Krystian Jaworski, un économiste principal, une banque de crédit agricole Polska.

D’autre part, Wojciech Stępień, économiste chez BNP Paribas, souligne dans une interview qu’Interia doit d’abord changer la salade de base. – Ne vous inquiétez pas, c’était si loin, nous devons donc changer les prévisions pour toute l’année. L’hypothèse est que le deuxième trimestre sera meilleur, et ces restrictions levées, et le début du printemps – a déclaré Stępień.

Puisqu’il ne s’agit pas de connaître l’avenir dans un sens descendant à partir des révisions, des vagues d’une pandémie, comme la troisième partie des marchés, le meilleur gaspillage pour l’interprétation, qui n’est pas si loin de moi? C’est une clé et les centres commerciaux importants restent ouverts ou non. En raison des restrictions et assez pour tout le monde, la création de la structure et de la valeur ajoutée dans l’économie – les mâchoires de la peur et de l’anxiété hôtelière – est importante étant donné qu’elle est visible à la température moyenne en général. – D’autre part, un niveau de fermeture des marchands se traduit par des dépenses des ménages – a déclaré Petka-Zagajewski, qui a été donné immédiatement visible dans la température.

Pendant ce temps, le niveau de l’autre admis, et si la maladie n’était pas suffisamment élevée pour restreindre le commerce, il deviendra moins susceptible d’être une salade de base. Cela ne constitue pas un danger pour les changements à venir.

– et pour commencer à contrebalancer la peur – l’économiste anglais Bank of PKO. Cela permet aux prévisions de rester inchangées pour aujourd’hui, c’est surtout en bon état, et à la pandémie dans le secteur de la transformation industrielle. – C’est la différence fondamentale entre la première vague et le verrouillage de la pandémie qui a suivi. Les sociétés de production organisent des événements, tels que le commerce international – souligne Petka Zagajewski.

“La tendance à penser est que la baisse des taux d’intérêt a augmenté” – qu’hier j’ai écrit un article sur Eryk de Lon, le membre le plus accommodant du Conseil de politique monétaire. Il a souligné quatre raisons pour lesquelles il semble que les ventes au détail ont chuté de 6% en janvier d’année en année , la production de construction et d’assemblage de 10%, et compte tenu des chiffres affichés par les employeurs, était de 24,3% de moins chaque année (selon le rapport, «le marché du travail par COVID-19», Grant Thornton). C’est le principal facteur de risque dans le développement d’une nouvelle, avec toutes les restrictions et considérations, le dégel ultérieur de l’économie.

Cependant, les économistes expliquent que ce n’était pas surprenant étant donné le mois de janvier – on pouvait s’attendre à des résultats économiques similaires. Cependant, un mois pour accorder une attention particulière au fait qu’il n’a aucune influence sur les décisions de baisse du MPC / l’évolution des taux d’intérêt.

Non seulement cela, le marché évalue actuellement une hausse des taux d’intérêt. Il a encore coupé. – Il semble que ce soit une hausse de prix de 40 points d’ici la fin de 2022. Afin d’augmenter le taux de référence sera d’environ 0,5%. Rien n’a changé ici – I Interia Stępień.

En outre, en mars, dans le projet de NBP montrera l’inflation et le PIB, qui finalement – les économistes ont fait – une existence des raisons MPC pour abaisser les taux d’intérêt.

– Dans le contexte de l’inflation, il semble y avoir relativement stable à surveiller pour le T1, il restera sur l’inflation dans la fourchette cible (2,5% avec un écart de 1 point de pourcentage à la hausse ou à la baisse). À 3,5 pour cent au deuxième trimestre et nous avons par an peut être encore plus élevé. J’ai pu surmonter cette fluctuation de la fourchette tolérable de l’inflation à partir du dernier au deuxième et troisième trimestre, et en même temps, ce sera un sujet qui ne conservera que dans cet endroit les baisses de taux d’intérêt – explique Stępień. Par conséquent, lorsque le jugement a été rendu par MPG, un membre du prof. Ces personnes peuvent être traitées plutôt que de tenter de «freiner» les hausses de taux, qui sont sur le prix du marché, il y aura une salade, qui risque d’être coupée. Et ce n’est certainement pas sérieusement que la réduction du taux de données de janvier pourrait faire l’affaire.

Facteurs de risque indiqués par le prof. Jonas baisse des ventes, de la production et de l’assemblage de la construction et moins d’offres d’emploi – peut être mis de côté. L’effet de janvier est pire dans les centres commerciaux fermiers (l’impact sur les ventes), l’hiver rigoureux et un fort effet sur la base (construction et production d’assemblage) et incl. Dans la restauration, et à ce jour dans l’hôtellerie et le tourisme (diminution de l’offre d’emploi).

Quatrième point – les restrictions et conditions croissantes retardent et évitent le risque de dégel de l’économie devraient être traitées comme un élément “très important, mais conditionnel”. Qui est semblable à la salade de base crée à peine un marché aujourd’hui. – Les ventes au détail de la construction et les résultats ne sont pas inattendus. et je ne sais pas quelle est la tendance économique permanente. la construction affectée par les résultats météorologiques – et qu’en janvier c’était l’hiver. Les ventes du réfrigérateur ont été introduites dans les galeries fermées résultats. La carte a immédiatement montré que les consommateurs remarquez et a commencé à dépenser de l’argent lorsque les restrictions ont été levées – explique Petka Zagajewski.

Et aussi que, selon les données, être moyennement meilleur dans les ventes au détail et la construction de février.

Les variations des taux d’intérêt affectent le niveau économique pendant longtemps. Sa coupe d’aujourd’hui ne fait pas grand-chose. – L’un des résultats devrait indiquer si nous changeons quelque chose ou non. En mars, la projection du PNB montrera une trajectoire de croissance économique et d’inflation plus élevée qu’en novembre. Le conseil donnera deux bonnes raisons pour les taux d’intérêt. ne changez pas – explique l’économiste.

Bartosz Bednarz

je vois

Le gouvernement FPP conseille: ne pas augmenter les impôts, stimuler la demande
eNewsroom